Trouver une activité adaptée pour une personne en perte d'autonomie

Publié le 02 sep 2021
dans
Conseils et prévention
Activités à la rentrée

 

Que vous soyez directement ou indirectement concerné par la perte d’autonomie, cela ne doit pas vous empêcher de pratiquer des activités qui vous plaisent et/ou vous stimulent: bien au contraire ! Dès lors, comment savoir où vous adresser ? Quelles activités choisir en fonction de vos goûts, de vos capacités et du stade de perte d’autonomie rencontrée ? Voici un petit tour d’horizon qui vous permettra de vous organiser !

 


Indispensable : participer à un atelier mémoire 


L’objectif est de stimuler les différentes formes de votre mémoire (ancienne, immédiate, visuelle, auditive…) ainsi que l’attention afin de limiter les effets du vieillissement. Les séances (une à deux par semaine) se déroulent autour d’exercices ludiques, pendant une heure environ.



Clé en main : s’inscrire à un accueil de jour

 

Les accueils de jour  se déroulent en demi-journée ou en journée entière, une ou plusieurs fois par semaine. Vous pourrez y suivre un ensemble d’activités créatives ou physiques (gym douce, relaxation…) des animations pour stimuler vos capacités cognitives (lecture du journal, jeux de société, puzzle…) ou sensorielles (cuisine, musique …).

Le + : dans la majorité des cas, la personne est prise en charge de son domicile jusqu’au lieu d’accueil puis elle est raccompagnée chez elle. 



Conseillé : continuer à faire du sport


Vous ne pouvez plus jouer au badminton, au golf ni skier ? Faire du vélo devient difficile ? Qu’à cela ne tienne ! Tournez-vous vers des sports doux comme la marche à pied ou la danse que beaucoup de personnes âgées pratiquent, y compris quand elles sont atteintes d’une maladie chronique ou en perte d’autonomie.
Ne renoncez pas à l’activité physique, elle est bénéfique pour préserver vos muscles et vos os, faire travailler votre mémoire et maintenir un lien social.  Découvrez l’activité physique adaptée (APA) par exemple, l’athlétisme, la marche nordique, le taï chi chuan ou le qi gong.
C’est le médecin qui prescrit les séances en indiquant les objectifs et les éventuelles contre-indications. Il peut vous orienter vers un club où des éducateurs ont été spécialement formés pour cette discipline afin de respecter les capacités de chacun.

Le + : Le coût reste modeste et parfois pris en charge par la mairie ou la complémentaire santé.  N’hésitez pas à vous renseigner ! 



Bénéfique : cultiver son appétence pour les arts 
 

Lorsque la perte d’autonomie s’installe, en fonction de l’avancée de celle-ci, la pratique d’une activité artistique « classique » devient inadaptée et peut mettre la personne en difficulté au lieu de lui procurer le plaisir et le bien-être recherchés.
Savez-vous qu’il existe des ateliers dits « d’art-thérapie » conçus pour les personnes âgées dépendantes, atteintes de la maladie d’Alzheimer ou apparentée ? 
-    L’art-thérapie offre une grande variété de disciplines enseignées : de la musique au dessin, en passant par les collages, la sculpture, le théâtre ou la peinture. 
-    Art-thérapeutes et bénévoles encadrent les activités et proposent aux participants qui le souhaitent de présenter oralement leur travail : ceci permet de livrer son ressenti et ses sentiments à sa manière… 
-    Maintien du lien social et travail cognitif important aident à ralentir les effets de la maladie.

Ces ateliers vous accueillent au sein d’un Ehpad, dans certains hôpitaux ou structures spécialisées pour la maladie d’Alzheimer ou encore, ils sont initiés par des associations ou des musées.

 

Adapté : choisir l’activité qui vous convient

 

La danse et le théâtre s’adressent aux personnes peu atteintes par la perte d’autonomie. Leur vertu est de préserver une certaine mobilité et une activation de la mémoire à base d’exercices simples.

La musique, sous toutes ses formes (écoute, participation à un concert, ou jeu d’un instrument) joue un rôle d’apaisement particulièrement recommandé aux personnes angoissées ou qui ont tendance à devenir agressives.

Le chant apporte de la joie et constitue un formidable outil qui permet ne serait-ce que fredonner des chansons anciennes quand les paroles ne viennent plus.

Quant aux arts plastiques (dessin, peinture, sculpture…), ils mobilisent les capacités de concentration et d’attention et maintiennent la dextérité. 

Le jardinage, via l’hortithérapie et les jardins thérapeutiques, aide à préserver son autonomie et apporte un certain bien-être.

Et si vous participiez à une chorale inclusive qui mixte des personnes valides et des personnes dépendantes. Rejoignez l’un des 500 choristes à ce jour !  


 

Où vous adresser pour trouver des activités adaptées aux personnes dépendantes ?


En fonction de votre lieu d’habitation et du stade de perte d’autonomie, adressez-vous à un Ehpad, à votre mairie ou l’une ou à l’autre des structures suivantes : 

-    Le centre local d’information et de coordination gérontologique (CLIC) : tous les départements disposent d’un ou plusieurs CLIC pour vous offrir un point de renseignement unique qui centralise toutes les informations dont vous avez besoin au niveau local. Rendez-vous sur internet pour trouver un CLIC.

-    Le centre communal d’action social (CCAS) : outre l’attribution d’aides sociales (allocations, aide-ménagère, portage des repas, téléassistance, etc.), il peut financer des activités, organiser des animations et des sorites. 

-    Les consultations mémoires : elles se déroulent au sein de 400 hôpitaux ou auprès des médecins habilités. Ces consultations servent aussi bien à diagnostiquer les troubles qu’à envisager de participer à des ateliers Mémoire. Demandez conseil à votre généraliste.

-    Le PASA (pôle d’activités et de soins adaptés) : accueil, dans la journée, les résidents des EHPAD qui le souhaitent et dont les troubles restent modérés pour leur proposer des activités sociales et thérapeutiques, individuelles ou collectives.

-    Les espaces seniors : ces espaces ont pour vocation d’accueillir des associations de personnes du 3e âge pour les activités qu’elles organisent, mais aussi des personnes âgées, dépendantes ou non, à titre individuel pour qu’elles bénéficient des animations proposées par le département : informatique, gymnastique, théâtre, arts plastiques, anglais, italien, etc. Leur objectif est de prévenir la perte d’autonomie et de favoriser le bien vieillir.

-    L’Association France Alzheimer et autres associations locales.

 

Vous avez moins de 75 ans ? Si ce n’est pas déjà fait, il est temps de découvrir le contrat TUT’LR  pour vous assurer une indemnisation en cas de perte d’autonomie. 

 

Sources :